Ce que j'ai pensé de

Ce que j'ai pensé de
Des bouquins, et pas de place pour les ranger

vendredi 6 mars 2015

SR, la secte et les robots

Je voulais publier la chronique des Foudroyés de Paul Harding lundi, parce que une chronique chaque lundi sur le blog, hein, c'est ce qu'on a dit. Mais je voulais faire une chronique audio, parce que depuis que je reçois des livres audio de chez Gallimard, je fournis moins de chronique à Radio Béton, et ce blog ne serait pas ce qu'il est sans Des Poches Sous Les Yeux. Mais lundi, pas possible, pas la force, la chronique écrite à 23h, je ne me voyais pas enregistrer le tout dans la foulée.
Et les candidatures à envoyer, pour ne pas rester chômeur, et le travail pour valider la formation et...
Je me dis, je publie la chronique lundi, et mardi, j'édite et je rajoute un lien vers le son que j'aurai eu le temps de faire.

Et là, mon amoureuse, qu'est experte agrée en blog à portée internationale me dit :

" Mais personne va revenir pour écouter l'audio. Sauf SR. Mais SR ça compte pas, il compte dans les robots. "

Décryptons cette phrase énigmatique. D'abord, SR. Sa Royauté est celui qui héberge mes fichiers son pour que vous puissiez écouter les chronique et les téléchargeant depuis le blog vers votre appareil préféré. Enfin, dans la théorie, parce que dans la pratique, personne n'écoute les fichiers son, sauf... Sa Royauté. 

Ensuite, les robots ? Lorsque j'ai cherché à savoir d'où venait la fréquentation du blog, je me suis rendu compte que certaines pages étaient "lues" par des  bots. Bots, pour robots. Il s'agit de programmes chargés de lire un grand nombre de pages en série, et de voir s'il existe un espace où laisser un message non désiré, le plus souvent une publicité pour un autre site. Au départ, le blog n'ayant aucune notoriété ces visites étaient rares et les algorithmes devaient supposer que laisser un commentaire était inutile. Depuis quelques temps, je dois censurer ces spams, un peu plus nombreux et qui sont toujours formulés comme des commentaires enthousiastes. La première fois, le temps d'une milliseconde on se dit : ouaoh, un anglais laisse un commentaire. Comme j'avais eu une conversation sidérante avec Mark Downham, l'auteur de cyberpunk, à travers les commentaires de la chronique que je lui avais dédiée, pourquoi pas ? 

Mais quand ça commence comme ça :
 "I'm really inspired together with your writing abilities as well as with the layout for your blog. Is this a paid topic or did you customize it yourself? Anyway keep up the excellent quality writing, it is rare to peer a nice weblog like this one nowadays.."

C'est hélas en général pour se terminer comme ça : "Feel free to surf to my homepage words to win your girlfriend back" 
Avec un lien vers un quelconque site de développement personnel. Pour ceux qui sont rétifs à l'anglais, en substance : ton blog est merveilleux, viens voir sur le mien comment récupérer ta femme. 

Je te remercie, mais qui te dit que j'ai envie de la récupérer ! Ou qu'elle est partie ? C'est vexant à la longue. Certains sont plus truffés de faute, pour imiter la dysorthographie collective d'internet. 

Certains scripts plus pervers repèrent la langue de la page, la lient à un serveur de pub local et utilisent une traduction automatique pour générer le message. Ça donne des trucs merveilleux. Mon préféré à ce jour est celui-ci : "Bizarre transformé reportage « les bons modèle » mission corroborés réductions sur certains éditorial pouvant atteindre jusqu’à – 30 % de réduction ou bien en conséquence d’obtenir un remboursement à l’égard de 30 € sur certains produits. Outrepasser commande sur ceci position conforama.fr vous-même permet en quelques clics en compagnie de découvrir les promotions parmi cours, les valeur ces plus succinct du marché sur toutes ces catégories vendues. Vous accèderez si à la étude top confo vous révélant les produits ayant les meilleurs dénonciation qualité/total. Take a look at my homepage;"

Alors, c'est pas de la littérature, ça ? Ça méritait bien une petite critique ? 

Mais la quantité l'emporte sur la qualité : le nombre de commentaire spameux est nettement supérieur au nombres de commentaires humains déposés par les lecteurs du blog. À part ceux de quelqeus rares acharnés (merci, c'est hyper agréable quand on a l'impression d'un peu d'échange) et SR, que mon amoureuse classe donc parmi les robots. Et pourtant, elle a tort, car même à part lui, il y a d'autres humains qui laissent des commentaires sur mon blog. Ils appartiennent à la secte des adorateurs d'Irvin Yalom. J'avais fait une critique assez acerbe du livre "Le problème Spinoza" lors de ma participation au jury du Prix des lecteurs du Livre de Poche. Depuis, régulièrement, ses adeptes m'interpellent, parfois m'insultent, ou me demandent si je suis un sionniste intégriste. 

Pourtant, malgré les robots, malgré les Yalomistes, et grâce à SR, la fréquentation du blog augmente à tous petits pas. Pour la première fois, je crois, car je ne regarde pas les stats toutes les semaines, nous avons passé la barre des 1500 vues par mois, ce qui, déduit des robots, fait au moins plusieurs personnes, dont vous êtes puisque vous lisez ce message. 

Merci donc, d'avoir participé à ces 1500 vues, merci de m'envoyer des messages de soutien, comme celui-ci, qui m'a touché plus que d'autres : "Amazing! Thiis blg looks just like my old one! It's on a totally different topic but it has pretty much the same page layout and design. Outstanding choice of colors! Also visit my blog -" (génial ce blog resembl à le mien, mais qui n'avé rien à voir; A propos, visite mon site web).

Non, sérieusement, merci. 




PS : oui, j'aurais au moins pu mettre une image, mais j'ai mal partout (quelqu'un connait un posturologue, je deviens fou) et je suis crevé, mais je voulais vous remercier. 

2 commentaires:

  1. Hi ! I'm a robot & more if affinity.

    RépondreSupprimer
  2. Je sais pas trop comment je dois le prendre. Mal je crois... Pour quelqu'un qui a aussi peu d'estime de soi que moi, c'est toujours affreux de se sentir dévaloriser. Surtout quand c'est aussi violent. C'est un peu comme quand on se prépare au pire en se disant qu'on ne pourra être que positivement surpris, et puis que l'issue est finalement encore pire que pire.

    SR

    RépondreSupprimer

Qu'avez-vous pensé de ce que j'ai pensé de ? Les commentaires sont bienvenus.